Les XXXIIIe JTA
> Présentation
> Programme
> Comité scientifique
> Intervenants
> Contacter les JTA

En pratique
> Inscription en ligne
> Inscription (courrier)
> Renseignements

Les archives
> Andrologie
> Biologie
> Gynécologie
> Infertilité
> Médecine foetale
> Néonatologie
> Nutrition
> Obstétrique
> Pédiatrie
> Périnatalité
> Périnéologie
> Phlébologie
> Psychosomatique

> Authors' race

Rechercher

2010 > Obstétrique > Liquide amniotique  Telecharger le PDF

Physiologie du liquide amniotique et évaluation échographique de la quantité de liquide amniotique

J. Jouannic

Physiologie du liquide amniotique et évaluation échographique de la quantité de liquide amniotique.

Jean-Marie Jouannic

Avant l'accès à cet article, nous vous proposons un QCM de pré test le QCM de post-test se trouve en fin d'article.

QCM PRE TEST :

1- A propos de la physiologie du liquide amniotique, toutes les propositions suivantes sont exactes sauf une. Laquelle ?

A- La quantité de liquide amniotique augmente progressivement pour atteindre un maximum vers 32 SA.

B- Dans les cas de diabète gestationnel la tendance à l’excès de liquide amniotique est en rapport avec une augmentation de la diurèse fœtale.

C- Une plus grande citerne mesurée à 10 cm est en faveur d’un hydramnios.

D- Suivant l’ouverture de la membrane anale, la valeur des enzymes digestives contenu dans le liquide amniotique reste élevée jusqu’à terme.

E- Une plus grande citerne mesurée à 2 cm est en faveur d’un oligoamnios.

 

2- Parmi les porpositions suivantes La méthode outes sont exactes sauf une. Laquelle ? La méthode de  Phelan pour évaluer la quantité de liquide amniotique :

A- Consiste à mesurer et additionner la profondeur de 4 quadrants ne comprenant ni cordon ni membre fœtal est repérée.

B- Peux être utilisé jusqu’à 42 SA

C- Cette technique est plus précise que la mesure de la plus grande citerne verticale de Chamberlain pour le dépistage des oligoamnios.

D- Une valeur de 250 mm à 32 est en faveur d’un hydramnios.

E- L’interprétation d’une valeur mesurée est plus précise si celle-ci est reportée sur une courbe donnant les valeurs de l’index en fonction de l’âge gestationnel.

Physiologie du liquide amniotique

La quantité de liquide amniotique varie de manière importante au cours de la grossesse. Le volume du liquide amniotique à 16 SA est d’environ 150 mL pour atteindre un maximum vers 32 SA d’environ 1000 mL. Le volume amniotique diminue ensuite progressivement jusqu’au terme.

Au premier trimestre, le liquide amniotique a une composition proche du sérum fœtal, représentant un transsudat au travers de la peau fœtale. Dès le 4ème mois, cet échange passif au travers de la peau fœtale diminue suivant le processus de  kératinisation progressif. A partir de 16-18 SA, la quantité de liquide amniotique devient la résultante d’une balance entre l’excrétion fœtale, en grande partie représentée par la production d’urines fœtales, et la réabsorption digestive secondaire à la déglutition. 

Certains phénomènes accompagnant le développement du système digestif sont à connaître puisqu’ils vont expliquer des modifications de la teneur du liquide amniotique en enzymes digestives : ouverture de la membrane anale vers la fin du 1er trimestre puis développement du sphincter anal devenant continent vers 20 SA et ouverture de la membrane pharyngée. Ainsi, les enzymes digestives fœtales vont atteindre une valeur maximale vers 16 SA, puis rapidement diminuer pour atteindre de valeurs très faibles après 22 SA. Ces variations sont à connaître  pour l’interprétation des valeurs de ces enzymes contenues dans le liquide amniotique dans l’exploration des anomalies digestives fœtales.

Exploration échographique de la quantité de liquide amniotique

En dehors des examens échographiques de dépistage des anomalies fœtales de 22 et 32 SA, plusieurs circonstances cliniques vont conduire à une vérification échographique de la quantité de liquide amniotique. Citons en particulier : une anomalie de la hauteur utérine, une diminution des mouvements actifs fœtaux ou une suspicion clinique de rupture prématurée des membranes.

La détermination précise de la quantité de liquide amniotique est possible à partir de techniques de dilution de substances colorantes injectées dans la cavité amniotique par amniocentèse. Les prélèvements ultérieurs de ce même liquide permettent alors grâce à une technique de spectrométrie de réaliser un calcul de la quantité de liquide amniotique. Ce type d’approches a permis une meilleure compréhension de la physiologie du liquide amniotique et a servi de technique de référence pour les travaux princeps de l’évaluation de la quantité de liquide amniotique par échographie.

Par échographie, plusieurs approches sont possibles : qualitatives ou semi-quantitatives.

Evaluation qualitative de la quantité de liquide amniotique

L’évaluation subjective consiste à apporter un jugement qualificatif du type : "le liquide amniotique est en quantité normale, augmenté, diminué…". La reproductibilité de cette approche est acceptable pour des opérateurs entraînés mais devient médiocre pour les autres. De plus, cette approche ne permet pas un suivi longitudinal.

Evaluation semi quantitative

Mesure de la plus grande citerne verticale (GCV) (Figure 1)

La méthode de Chamberlain correspond à mesurer la profondeur de la plus grande citerne verticale. Pour réaliser cette mesure il faut explorer toute la cavité de manière à localiser la plus grande citerne sans cordon ou membre fœtal.

Cette méthode défini 3 situations :

·      < 3 cm : oligoamnios

·      3-8 cm : quantité de liquide amniotique normale

·      > 8 cm : hydramnios

Mesure de l’index amniotique (ILA) (Figure 2)

Dans la méthode de Phelan et al., l’utérus est divisé en 4 quadrants par 4 lignes perpendiculaires au niveau de l’ombilic. Les 4 profondeurs de ces citernes sont mesurées et additionnées. Dans chacun des quadrants la plus grande citerne ne comprenant ni cordon ni membre fœtal est repérée. Ces citernes doivent également être non communicantes.

Trois situations sont ainsi définies :

·      < 50 mm : oligoamnios

·      50-180 mm : quantité de liquide amniotique normale

·      > 180 : hydramnios

Globalement, ces méthodes sont relativement fiables dans les populations à bas risque pour prédire une quantité de liquide amniotique normale. En revanche, leur précision pour prédire les quantités de liquide amniotique pathologiques est mauvaise.

Il est préférable pour ces 2 techniques d’abandonner l’utilisation des valeurs seuils qui ont été initialement proposées dans les travaux princeps au profit de courbes définissant les valeurs du 5ème et 95ème percentile en fonction de l’âge gestationnel. Par ailleurs, la mesure de l’index de Phelan a tendance à surestimer les suspicions d’oligo- et hydramnios, induisant plus d’interventions obstétricales (déclenchement…) sans qu’un bénéfice néonatal évident n’ait été observé.

Références 

Magann EF, Doherty DA, Chauhan SP, Lanneau GS, Morrison JC. Dye-determined amniotic fluid volume and intrapartum/neonatal outcome. J Perinatol. 2004 Jul;24(7):423-8.

Schiff E, Ben-Baruch G, Kushnir O, Mashiach S. Standardized measurement of amniotic fluid volume by correlation of sonography with dye dilution technique. Obstet Gynecol. 1990 Jul;76(1):44-6.

Chamberlain PF, Manning FA, Morrisson I, Harman CR, Lange IR Ultrasound evaluation of amniotic fluid volume : the relationship of marginal and decreased amniotic fluid volumes to perinatal outcome. Am J Obstet Gynecol 1984 ; 150 : 245-249;

Phelan JP, Smith CV, Broussard P, Small M. The four quadrant techniques at 36-42 Weeks gestation. J.Reprod.Med. 1987; 32:540-2.

Magann EF, Sanderson M, Martin JN, Chauhan S. The amniotic fluid index, single deepest pocket, and two-diameter pocket in normal human pregnancy. Am J Obstet Gynecol. 2000 Jun;182(6):1581-8

Magann EF, Doherty DA, Chauhan SP, Busch FW, Mecacci F, Morrison JC. How well do the amniotic fluid index and single deepest pocket indices (below the 3rd and 5th and above the 95th and 97th percentiles) predict oligohydramnios and hydramnios? Am J Obstet Gynecol. 2004 Jan;190(1):164-9.

Nabhan AF, Abdelmoula YA. Amniotic fluid index versus single deepest vertical pocket as a screening test for preventing adverse pregnancy outcome. Cochrane Database yst rev 2008;16: CD006593

The evidence for abandoning the amniotic fluid index in favor of the single deepest Pocket. Magann EF, Chauhan SP, Dohry DA, MAgann MI, Morisson JC. Am J Perinatol. 2007;24:549-55.

QCM POST TEST :

1- A propos de la physiologie du liquide amniotique, toutes les propositions suivantes sont exactes sauf une. Laquelle ?

A- La quantité de liquide amniotique augmente progressivement pour atteindre un maximum vers 32 SA.

B- Dans les cas de diabète gestationnel la tendance à l’excès de liquide amniotique est en rapport avec une augmentation de la diurèse fœtale.

C- Une plus grande citerne mesurée à 10 cm est en faveur d’un hydramnios.

D- Suivant l’ouverture de la membrane anale, la valeur des enzymes digestives contenu dans le liquide amniotique reste élevée jusqu’à terme.

E- Une plus grande citerne mesurée à 2 cm est en faveur d’un oligoamnios.

Réponse : D

 

2- Parmi les porpositions suivantes La méthode outes sont exactes sauf une. Laquelle ? La méthode de  Phelan pour évaluer la quantité de liquide amniotique :

A- Consiste à mesurer et additionner la profondeur de 4 quadrants ne comprenant ni cordon ni membre fœtal est repérée.

B- Peux être utilisé jusqu’à 42 SA

C- Cette technique est plus précise que la mesure de la plus grande citerne verticale de Chamberlain pour le dépistage des oligoamnios.

D- Une valeur de 250 mm à 32 est en faveur d’un hydramnios.

E- L’interprétation d’une valeur mesurée est plus précise si celle-ci est reportée sur une courbe donnant les valeurs de l’index en fonction de l’âge gestationnel.

Réponse : C

 

Jean-Marie Jouannic

Centre de Diagnostic Prénatal de l’Est Parisien et Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital Armand Trousseau, APHP, Paris 6.